Rechercher dans ce blog

dimanche 5 novembre 2017

L'écart salarial entre hommes et femmes continue de se creuser

L'écart salarial entre hommes et femmes continue de se creuser

L'écart se creuse. Le collectif Les Glorieuses attire (de nouveau) l'attention sur l'écart salarial entre hommes et femmes. Et depuis l'an dernier, il s'est creusé de quatre jours.



Souvenez-vous, le 7 novembre 2016. Le collectif Les Glorieuses appelait les femmes à cesser de travailler afin de dénoncer les inégalités salariales. Un an plus tard, nous en sommes au même point. Et le pire, c'est que l'écart s'est creusé de quatre jours. Pour être payées au même taux horaire que les hommes en 2017, elles devraient s'arrêter de travailler le vendredi 3 novembre, 11h44. «Il y a un recul de l'égalité salariale en France. Les femmes ne travaillent plus "bénévolement" à partir du 7 novembre comme l'année dernière, mais quatre jours plus tôt», déplore le collectif.

Comme l'an passé, les femmes sont appelées à arrêter de travailler dès 11h44 en 3 novembre. Pourquoi ? Parce que c'est à partir de ce moment exact qu'elles travailleront "pour rien". Pour arrêter cette date précise, Les Glorieuses "ont calculé la moyenne de rémunération brute des Françaises par rapport à celle des hommes", explique Madame Figaro. Le collectif s'est aussi appuyé sur Eurostat - un organisme de statistiques européennes. The life of women and men in Europe : a statistical est une étude qui pointe les inégalités salariales en 2017. Et ce qu'il faut en retenir, c'est que même en occupant les mêmes postes que les hommes et en présentant les mêmes compétences, les femmes sont payées 15,8% de moins que les hommes. Autrement dit, elles travaillent gratuitement pendant 39,7 jours. Pour dénoncer -une fois de plus- ce fléau, des actrices comme Helena Noguerra ont accepté de participer à la campagne mise en place par Les Glorieuses.
www.experts-access.com